In English Accueil Billard Bélier SNH Relativité Botanique Musique Ornitho Météo Liens/Contact

Site de Régis Petit

Météorologie

Image Meteorologie : altocumulus floccus

Préambule ( Paragraphe Début / Suivant )


Cette page est destinée aux amoureux de la nature intéressés par la prédiction du temps.
L'auteur présente divers moyens simples pour prédire le temps sur 24 heures, principalement par l'observation des nuages et des vents.
Remarques :
- Les auteurs cités dans cette page y sont mentionnés entre crochets sous la forme [AUTEUR Titre Page]. Voir Bibliographie.

Sommaire de cette page ( Paragraphe Précédent / Suivant )

  1. Les nuages
    1. Formation
    2. Classification
    3. Evolution
    4. Prévision du temps par les nuages
  2. Les vents
    1. Formation
    2. Classification
    3. Evolution
    4. Prévision du temps par les vents
  3. Lire une carte météo
  4. Les dictons
  5. Bibliographie

1. Les nuages ( Paragraphe Précédent / Suivant )

1.1. Formation des nuages

Image Meteorologie : Formation des nuages - convection Image Meteorologie : Formation des nuages - refroidissement a la base Image Meteorologie : Formation des nuages - soulevement orographique Image Meteorologie : Formation des nuages - soulevement frontal

Image Meteorologie : Formation des nuages - cyclogenese


Mécanisme de formation :
Dans l'atmosphère, les nuages se forment toujours par refroidissement d'une masse d'air humide. Le contact entre une masse d'air chaud et une masse d'air froid entraîne la condensation de la vapeur d'eau contenue dans l'air chaud et la formation de nuages.
Il existe différents modes de refroidissement à l'origine de la formation des nuages (cf [Meteo France, Comment se forme un nuage]) :
- La convection ou convection verticale (voir Figure 1 ci-dessus) : l'air froid présent au niveau d'un sol chaud se réchauffe et se dilate. Plus léger, il monte dans l'atmosphère avant de se refroidir sous forme de nuages de convection, fréquents l'été sur terre et l'hiver au-dessus de la mer.
- Le refroidissement par la base ou advection ou convection horizontale (voir Figure 2 ci-dessus): lorsqu'une masse d'air doux circule au-dessus d'une surface plus froide, se forment des nuages bas ou du brouillard. C'est le cas notamment, l'hiver, lorsque de l'air doux de la mer arrive sur les eaux froides du continent. En été également, lorsque l'air doux du continent arrive sur les eaux froides de la mer.
- Le soulèvement orographique (voir Figure 3 ci-dessus) : lorsqu'une masse d'air est poussée par le vent vers un relief, elle est contrainte de s'élever le long de la pente. En prenant de l'altitude, sa température s'abaisse. Un nuage se forme alors sur le versant "au vent" et se dissipe sur le versant "sous le vent". Le type de nuage dépend de la stabilité de l'air et de sa teneur en humidité.
- Le soulèvement frontal (voir Figure 4 ci-dessus) : dans une perturbation en mouvement, à l'interface chaud/froid entre deux masses d'air, l'air chaud se soulève au-dessus de l'air froid antérieur (front chaud) et est rejeté en altitude par la progression plus rapide de l'air froid postérieur (front froid). L'air chaud se refroidit en altitude et donne naissance à des nuages le long des fronts. Voir détail du processus ci-dessous (cyclogénèse).
La pluie se délenche ensuite lorsque l'effet de la pesanteur devient dominant sur les gouttelettes en suspension dans le nuage. Selon le diamètre des gouttelettes, on a de la bruine (0,1 mm), de la pluie (1 mm) ou une averse (2 mm).

Cyclogénèse (naissance et développement d'une Dépression) :
Condition initiale : Deux masses d'air de température et d'humidité différentes se croisent sans aucun échange thermique (front stationnaire souvent immobile).
Naissance (voir Figure 5 ci-dessus) : Une perturbation thermique ou dynamique de l'atmosphère passant dans le secteur va alors induire un point d'inflexion appelé vague. Un petit centre de basse pression (Dépression) apparaît alors à la crête de la vague qui va initier une circulation cyclonique, c'est-à-dire que la rotation amène l'air doux de la masse chaude vers les pôles et l'air froid vers l'équateur quel que soit l'hémisphère.
Développement (voir Figures 6 et 7 ci-dessus) : Le front stationnaire se transforme alors en deux fronts distincts, le front chaud et le front froid, situés dans le cadran sud de la Dépression (pour l'hémisphère nord). Les deux fronts s'incurvent progressivement de plus en plus dans la direction de leur progression, comme les voiles d'un bateau.
Mort (voir Figure 8 ci-dessus) : Le front froid, se déplaçant plus vite que le front chaud, finit par le rejoindre (front occlus). L'air chaud est alors rejeté en altitude et se découple progressivement de la Dépression qui se dissipe naturellement par manque d'apport en air chaud.

Origine de l'humidité dans l'air :
L'air atmosphérique contient une quantité variable de vapeur d'eau (entre 0,1 % et 4 % en volume) issue de l'évaporation des océans, mers, lacs et sols humides. Cette quantité possède un maximum fonction de la température et de la pression locale. Lorsque ce maximum est atteint (seuil de saturation), la vapeur d'eau retourne à l'état liquide (condensation) ou solide (cristallisation).
Ainsi, à 20°C et au niveau de la mer, l'air peut contenir environ 18 grammes d'eau par mètre cube avant de saturer. A 60°C et au niveau de la mer, l'air sature dès 129 g/m3. A 20°C et à 5500 m d'altitude, l'air sature dès 9 g/m3.
Le taux de saturation (appelé aussi humidité relative) se mesure selon une échelle de 0 % à 100 %. La plage de bien-être pour les êtres humains se situe entre 45 et 65 %. En dessous, l'air est trop sec. Au-dessus, l'air est trop humide. A partir de 100 %, l'air est saturé de vapeur d'eau qui se condense alors en brouillard, rosée ou givre.

Mesure de l'humidité :
Un air humide se compose d'air sec et d'eau, l'eau étant sous forme de gaz (vapeur d'eau) et aussi, à saturation, sous forme liquide (goutte d'eau en suspension) ou solide (cristaux de glace).
Dans le domaine de la météorologie ou de la physique, le terme "humidité" désigne différentes notions :
- L'Humidité Absolue (HA ou ρ, en g/m3) est le rapport entre masse de vapeur d'eau et volume d'air humide pour une température et pression données. Attention : dans d'autres domaines, notamment en génie des procédés, HA désigne le Rapport de mélange (voir ci-après).
- L'humidité Saturante (S, en g/m3) est l'humidité absolue de saturation pour une température et pression données. A 20°C et au niveau de la mer (pression atmosphérique normale de 101325 Pa), S vaut 18 g/m3.
- L'Humidité Relative ou degré hygrométrique ou taux de saturation (HR ou φ, en %) est le rapport entre pression de vapeur d'eau et pression de vapeur saturante à la même température. HR vaut 100 HA/S. Par exemple, à 20°C et au niveau de la mer, si chaque mètre cube d'air contient 9 g de vapeur d'eau, alors l'humidité relative sera de 50 % puisque la quantité maximale admissible est de 18 g.
- L'Humidité Spécifique (HS ou q, en %) est le rapport entre masse de vapeur d'eau et masse d'air humide contenues dans le même volume d'air humide.
- Le Rapport de mélange (r en % ou en g / kg d'air sec) est le rapport entre masse de vapeur d'eau et masse d'air sec contenues dans le même volume d'air humide.
- La Teneur en eau (en %) est le rapport entre masse d'eau totale (vapeur, liquide, solide) et masse d'air humide contenues dans le même volume d'air humide.

1.2. Classification des nuages

Image Meteorologie : Les 10 genres de nuages


Historiquement, la classification des nuages a fait l'objet de deux systèmes de classification : celle du zoologue français J.B. de Lamarck (1744-1829) et celle du pharmacien londonien L. Howard (1772-1829) qui présentèrent des systèmes de classification presque identiques. Mais seul celui de Howard fut retenu car les noms y étaient mentionnés en latin.
Depuis, cette classification n'a subi que quelques perfectionnements et sert toujours de base pour l'Atlas International des Nuages, publié par l'Organisation Météorologique Mondiale qui émane de l'ONU (voir [OMM Accueil] en Bibliographie).
La classification internationale des nuages repose sur l'existence de familles, de genres, d'espèces et de sous-espèces.

La Famille correspond à l'altitude du nuage. Pour les latitudes tempérées, les altitudes sont les suivantes :
- Etage élevé (ou supérieur), entre 5 et 12 km d'altitude (préfixe "Cirro-", abréviation "C"),
- Etage moyen, entre 2 et 5 km d'altitude (préfixe "Alto-", abréviation "A"),
- Etage bas (ou inférieur), entre 0 et 2 km d'altitude (préfixe "Strato-", abréviation "S"),
- Etages multiples pour les nuages à grand développement vertical (préfixe "Nimbo-", abréviation "N").

Le Genre correspond à la forme du nuage :
- Cirrus pour les nuages en voile (abréviation "Ci"),
- Cumulus pour les nuages en amas (abréviation "c" ou "Cu"),
- Stratus pour les nuages en couche (abréviation "s" ou "St").
Les nuages en voile et en couche se forment par soulèvement le long des fronts chauds (voir Formation des nuages).
Les nuages en amas se forment par convection ou par soulèvement le long des fronts froids (voir Formation des nuages).

Le nom du Genre est composé de deux parties : l'étage et la forme. Ainsi, un Stratocumulus est un nuage en amas de l'étage bas, et son abréviation est "Sc".
Il y a quelques exceptions de nommage :
- le Cirro-cirrus s'appelle plus simplement Cirrus (abréviation "Ci"),
- les Cumulus de l'Etage bas s'appellent Stratocumulus lorsque formés par turbulences (abréviation "Sc") et plus simplement Cumulus lorsque formés par convection (abréviation "Cu"),
- le Strato-stratus s'appelle plus simplement Stratus (abréviation "St"),
- le Nimbo-cumulus s'appelle au contraire Cumulonimbus (abréviation "Cb").
Au total, la classification comporte donc 10 Genres de nuages (voir Figure ci-dessus).

Chaque Genre est divisé ensuite en un nombre d'Espèces et de Variétés (ou sous-espèces), dont le nom suit celui du Genre (voir [OMM Classification] en Bibliographie). Ainsi, un Altostratus translucidus est un nuage en couche de l'étage moyen à travers lequel on peut encore voir le Soleil. Les noms d'Espèces ont également leurs abréviations (les trois premières lettres du nom). Exemple : "neb" pour nebulosus.

1.3. Evolution des nuages

Image Meteorologie : evolution des nuages


Une perturbation atmosphérique se compose de trois parties (cf [Culture maritime][FONS]) :
- la tête : elle est située à l'avant du front chaud (ligne droite en rouge sur la Figure ci-dessus) et se caractérise par des nuages élevés. Au passage de la perturbation, on observe d'abord des Cirrus puis des Cirrostratus et/ou Cirrocumulus.
- le corps : il englobe le front chaud et le secteur d'air chaud compris entre les deux fronts. Il se caractérise par des nuages épais et des précipitations. On observe d'abord des Altostratus et/ou Altocumulus, associés à des Stratocumulus apportant la pluie. Arrivent ensuite les Nimbostratus qui intensifient les précipitations. Au passage du secteur chaud, s'établit ensuite une certaine accalmie sous forme de bruine (petite pluie fine provenant d'un Stratus) ou de brouillard (nuage saturé de vapeur d'eau et posé sur le sol).
- la traîne : elle englobe le front froid (ligne courbe en bleu sur la Figure ci-dessus) et se caractérise par des orages et des précipitations à nouveau. On observe d'abord des Cumulunimbus provoquant des orages, puis des Cumulus et/ou Stratocumulus apportant la pluie.
La perturbation est passée lorsque l'air chaud se trouve suffisamment rejeté en altitude par l'avant et par l'arrière et que les masses d'air froid se rejoignent au sol.

1.4. Prévision du temps par les nuages


Le tableau suivant permet de prévoir avec une bonne certitude, pour les latitudes tempérées, les modifications du temps sur 24 heures (orage, pluie ou beau temps) en observant la forme des nuages.
Toutefois, pour faire une bonne prévision par les nuages, il ne faut pas se contenter de leur aspect à un instant donné mais aussi de leur évolution et vitesse d'évolution (voir Evolution des nuages).

En synthèse, on peut retenir que (cf [KOHLER][HACKEL]) :

Nuages annonçant l'orage :
- Nuages en forme de montagne : Cumulus congestus et Cumulonimbus (voir Tableau)
- Nuages de type floccus, castellanus ou volutus (voir Tableau)
- Nuages évolutifs : grands nuages noirs ou gris qui s'assemblent par nappes
- Nuit chaude sans dépôt de rosée
Nuages annonçant la pluie :
- Nuages en forme de montagne : Altocumulus mamma, Cumulus congestus et Cumulonimbus (voir Tableau)
- Nuages de type floccus (voir Tableau)
- Tous les nuages en couche : Cirrostratus, Altostratus, Stratus et Nimbostratus (voir Tableau)
- Nuages évolutifs : dont la base s'abaisse
- Forte augmentation du degré hygrométrique de l'air
Tous les autres nuages : annoncent en général du beau temps


Légende du Tableau des nuages :
- La colonne 'Forme' correspond à la forme du nuage (cf [HACKEL]) : voile, amas ou couche.
- La colonne 'Abrévation' est l'abréviation officielle du nom pour le Genre de nuage.
- La colonne 'Genre' est le nom officiel pour le Genre de nuage. Pour une Forme donnée, les Genres sont listés verticalement par Etages décroissants (Cirro-, Alto-, Strato- puis Nimbo-).
- Les deux colonnes 'Photos' et 'Espèces/Variétés' illustrent les Espèces et Variétés fréquentes de nuages, porteuses de pluie (Photos 1) ou non (Photos 2).

FormeAbréviationGenrePhotos 1Espèces/Variétés fréquentes
et porteuses de pluie
Photos 2Espèces/Variétés fréquentes
et non porteuses de pluie
VoileCiCirrusPhotofloccus (en petits moutons) --> orage ou pluiePhoto Photo
Photo Photo
uncinus (en virgule ou griffe)
fibratus (en filaments)

spissatus (dense)
radiatus (rayonnant)
AmasCcCirrocumulusPhotofloccus (en petits moutons) --> orage ou pluiePhoto Photoundulatus (onduleux)
lacunosus (en nid d'abeille)
AmasAcAltocumulusPhoto Photo
Photo Photo
floccus (en petits moutons) --> orage ou pluie
castellanus (en créneaux) --> orage

volutus (en rouleau horizontal) --> orage
mamma (mamelonné) --> pluie
Photo Photo
Photo Photo
lenticularis (lenticulaire)
translucidus (translucide)

stratiformis (en rouleaux ou galets)
opacus (opaque)
AmasScStratocumulusPhoto Photo
Photo
floccus (en petits moutons) --> orage ou pluie
castellanus (en créneaux) --> orage

volutus (en rouleau horizontal) --> orage
Photostratiformis (en rouleaux ou galets)
AmasCuCumulusPhotocongestus (bourgeonnant) --> orage ou pluiePhoto Photo
Photo
humilis (petit)
mediocris (moyen)

fractus (en morceaux)
AmasCbCumulonimbusPhoto Photo
Photo Photo
nuage multi-étages gris et en forme de montagne

calvus (chauve) --> orage
capillatus (chevelu) --> orage


incus (en enclume) --> orage
mamma (mamelonné) --> pluie
CoucheCsCirrostratusPhoto Photofibratus (en filaments) --> pluie
nebulosus (nébuleux) --> pluie
CoucheAsAltostratusPhoto

Photo Photo
Photo Photo
opacus (opaque) --> pluie

undulatus (onduleux) --> pluie
duplicatus (multi-couches) --> pluie

radiatus (rayonnant) --> pluie
translucidus (translucide) --> pluie
CoucheStStratusPhoto Photofractus (en morceaux) --> bruine
nebulosus (nébuleux) --> bruine
CoucheNsNimbostratusPhotonuage multi-étages gris et opaque --> pluie

2. Les vents ( Paragraphe Précédent / Suivant )

2.1. Formation des vents

Image Meteorologie : puissance solaire recue par unite de surface terrestre Image Meteorologie : circulation des masses d'air sur le globe terrestre     Image Meteorologie : Isobares et direction du vent

Image Meteorologie : forces agissant sur une particule d'air Image Meteorologie : Regle de Buys-Ballot Image Meteorologie : deviation du vent en altitude par rapport au vent au sol


Définition du vent :
En météorologie, sauf indication contraire, le vent correspond au déplacement horizontal de l'air par rapport à la Terre, caractérisé à un instant donné par une direction et une vitesse (appelée couramment "force").
La direction du vent résulte directement de la position relative des différents Centres d'action (voir ci-dessous). Cette direction est définie par la direction angulaire de la provenance du vent, repérée par rapport aux directions cardinales (rose des vents), et non par le sens de déplacement de l'air. Ainsi, un vent du nord provient du nord et se dirige vers le sud.
La force du vent est sa vitesse, exprimée en m/s ou en noeud (symbole = nd, kn ou kt correspondant à "knot" ; 1 kt = 1,852 km/h = 0,514 m/s).

Origine du vent :
Le rayonnement solaire arrive sur Terre sous forme d'un faisceau parallèle. La Terre étant sphérique, la puissance solaire reçue par unité de surface terrestre n'est pas égal sur toutes les latitudes (voir Figure 1 ci-dessus) et le globe terrestre se découpe en trois zones climatiques. Aux pôles se trouvent les zones polaires, où la température est la plus basse. La zone chaude est située autour de l'équateur et la zone intermédiaire correspond à la zone tempérée. Cette différence de température entre l'équateur et les pôles fait que l'air froid tend à se déplacer vers l'équateur et l'air chaud vers les pôles (voir Figure 2 ci-dessus).
Le vent a pour origine une différence de température, donc de pression, entre deux masses d'air voisines.
Les Isobares sont les lignes reliant les points d'égale pression (voir Figure 3 ci-dessus). Ils sont l'équivalent des courbes de niveau topologique (altitude) dans les cartes géographiques.
Les Isobares se referment par endroits sur eux-mêmes et délimitent ainsi des Centres d'action, Anticyclone ou Dépression (voir Figure 3 ci-dessus).
L'Anticyclone est une zone d'air de "forte pression" (supérieure à la pression atmosphérique standard de 1015 hPa) et apporte en général du beau temps, sec et pas forcément chaud.
La Dépression est une zone d'air de "faible pression" (inférieure à 1015 hPa) et donne en général un temps perturbé avec des précipitations abondantes.

Mécanisme de formation (cf [DE PARCEVAUX][SciencePost]) :
En théorie, si la Terre était immobile dans l'espace, le vent en altitude se déplacerait de manière rectiligne depuis un centre de haute pression (Anticyclone) vers un centre de basse pression (Dépression) en soufflant perpendiculairement aux Isobares. Mais en réalité, son mouvement est perturbé par trois facteurs :
    1. La rotation terrestre qui crée une force déviante appelée force de Coriolis, qui modifie le vent en direction (voir Figure 4 ci-dessus). Le vent souffle alors parallèlement aux Isobares (vent géostrophique). Dans l'hémisphère nord, la force de Coriolis est dirigée vers la droite, le vent laissant les basses pressions à sa gauche (voir Règle de Buys-Ballot ci-dessous) de sorte qu'il tourne autour d'un Anticyclone dans le sens horaire et autour d'une Dépression dans le sens anti-horaire (voir Figure 3 ci-dessus). Dans l'hémisphère sud, c'est le contraire. A l'équateur, il n'y a pas de force de Coriolis et d'autres facteurs interviennent pour déterminer la direction du vent.
    2. La force centrifuge pour des vents à grande vitesse suivant des Isobares fortement courbés, par exemple autour de Dépressions très intenses (voir Figure 4 ci-dessus). Cette force est presque toujours négligée en météorologie.
    3. L'action du relief qui crée une friction au niveau du sol et dans la couche limite atmosphérique (en dessous de 600 m en plaine), et modifie localement le vent en direction et en vitesse (voir ci-dessous).

Vent en altitude et vent au sol :
En direction, le vent au sol est dévié par rapport aux Isobares d'un certain angle en rentrant dans la Dépression et aussi en sortant de l'Anticyclone (voir Figure 3 ci-dessus). Cet angle est d'environ 30° sur terre et 10° sur mer (cf [IRM][CIRAS][ULMiste]). Dans l'hémisphère nord, la déviation se fait sur la gauche (voir Figure 6 ci-dessus). Dans l'hémisphère sud, c'est le contraire.
En vitesse, le vent au sol est fortement diminué par rapport au vent en altitude.

Règle ou loi de Buys-Ballot (voir Figure 5 ci-dessus) :
Dans l'hémisphère nord, quand on se place face au vent, la Dépression est toujours à droite. Avant l'arrivée de la radio, cette règle était le seul moyen, avec l'observation des nuages, de prévoir le temps en mer. Les navigateurs évitaient ainsi les tempêtes et utilisaient au mieux les vents.

2.2. Classification des vents

Image Meteorologie : vents planetaires de basse altitude Image Meteorologie : vents locaux en France


On distingue quatre grandes familles de vents (cf [UAMOB][Météo 45]) :

1. Les vents planétaires à haute altitude :
On distingue :
- Les courants occidentaux : situés à 5000 m d'altitude et se déplaçant d'ouest en est.
- Les courants orientaux : ils se déplacent d'est en ouest, dans une large zone comprise entre le tropique du cancer et celui du capricorne.
- Les courants-jets : ce sont des mouvements d'air très rapides, situés entre 6000 et 12000 m d'altitude et pouvant changer de direction en cours d'année. Ils sont souvent responsables d'effets climatiques exceptionnels comme les vagues de froid et les canicules. Existent le subtropical (entre 25° et 30° de latitude) et le polaire (entre 45° et 60° de latitude).

2. Les perturbations cycloniques :
Ils résultent de la rencontre de grands fronts chauds et froids. On distingue :
- Les moussons : vents saisonniers des régions tropicales (océan indien et Asie du Sud), apportant de fortes précipitations. Ils soufflent de la mer vers les côtes en été, et le contraire en hiver.
- Les cyclones : larges zones de nuages orageux en rotation accompagnées de vents forts, qui se forment dans les océans. Le terme utilisé varie selon les régions :
    Cyclone tropical : situé entre les tropiques. Appelé "ouragan" dans l'Atlantique Nord et le Pacifique nord-est, "typhon" en Asie de l'est et "cyclone" dans les autres bassins océaniques.
    Cyclone extratropical (ou cyclone des latitudes moyennes) : situé entre la ligne des tropiques et le cercle polaire.

3. Les vents planétaires à basse altitude (voir Figure 1 ci-dessus) :
Ils se situés à moins de 2000 m d'altitude et sont fortement influencés par la rotation terrestre (force de Coriolis). On distingue :
- les alizés (ou vents d'est tropicaux), situés entre l'équateur et le 30ème parallèle (cellule de Hadley) : vents d'est constants (20 km/h) se déplaçant des zones subtropicales vers l'équateur.
- les vents d'ouest tempérés, situés entre le 30ème et le 60ème parallèle (cellule de Ferrel) : leur mouvement est opposé à celui des alizés.
- les vents d'est polaires, situés entre le 60ème parallèle et le pôle (cellule polaire) : vents caractérisés par des courants ascensionnels. Leur mouvement est dans la même direction que celle des alizés et donc à l'opposé des vents d'ouest.

4. Les vents locaux et régionaux (voir Figure 2 ci-dessus) :
Ils couvrent des distances de moins de 500 km et sont fortement dépendants du relief. En France métropolitaine, on distingue (cf [Meteo France, Les vents régionaux]) :
- Le foehn : vent sec et chaud dû à l'affaissement de l'air après le passage d'un relief montagneux (Alpes et Pyrénées).
- La brise : vent léger dû à un contraste thermique entre deux régions différentes (brise de vallée, brise de montagne, brise marine, brise de terre).
- La trombe (d'air ou d'eau) : tourbillon de vent, souvent mélangé en mer à un tourbillon d'eau, ayant des caractéristiques proches de celles de la tornade.
- La tornade : cyclone terrestre de faible grandeur.
- La tramontane : vent sec et froid venant du nord-ouest et traversant les Pyrénées.
- Le mistral : vent sec et froid venant du nord dans la vallée du Rhône, du nord-ouest dans la région marseillaise et de l'ouest sur la Corse.
- La bise : vent sec et froid, venant du nord et du nord-est, et traversant la Lorraine et la Savoie.
- L'autan : vent sec de beau temps (autan blanc) ou chaud de mauvais temps (autan noir), venant du sud-est et traversant le Midi toulousain.
- Le sirocco : vent sec et chaud venant du sud et du sud-est, et traversant la Corse et la côte méditerranéenne.
- Le suroît : vent humide et chaud, venant du sud-ouest et traversant la Bretagne et la Normandie.

2.3. Evolution des vents

Image Meteorologie : evolution du vent au passage d'une perturbation


Pour les latitudes tempérées où soufflent des vents dominants d'ouest ou de sud-ouest, la Figure ci-dessus donne l'évolution du vent en altitude au passage de la perturbation atmosphérique.
Est indiquée également l'évolution de la pression et de la température.

En synthèse, on peut retenir que (cf [KOHLER][FONS]) :

Concernant le vent en altitude :
- Le temps va s'aggraver lorsque le vent "descend", c'est-à-dire quand il tourne dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, en passant par exemple du nord au sud par l'ouest.
- Dans la tête de la perturbation, le vent souffle du sud. En France métropolitaine, cela correspond à un vent au sol qui souffle du sud-est.
- Dans le corps, le vent se renforce progressivement et s'oriente au sud-ouest (vent de "suroît"). Dans le secteur d'air chaud, il souffle en général de l'ouest.
- Dans la traîne, au passage du front froid, le vent vire brusquement au nord-ouest (vent de "noroît") et se renforce. En fin de traîne, il souffle en général de l'ouest.

Concernant la pression, elle baisse progressivement puis reste stable dans le secteur d'air chaud. Au passage du front froid, la pression remonte rapidement puis se stabilise en fin de traîne.

Concernant la température, elle monte progressivement puis reste stable dans le secteur d'air chaud. Au passage du front froid, la température baisse brutalement avant de se stabiliser à la température de la masse d'air froid.

2.4. Prévision du temps par les vents

Image Meteorologie : masses d'air touchant la France


Les vents en altitude correspondant aux masses d'air qui traversent la France métropolitaine sont listés ci-dessous.
Toutefois, pour faire une bonne prévision par les vents, il ne faut pas se contenter de leur direction à un instant donné mais aussi de leur évolution et vitesse d'évolution (voir Evolution des vents).

Vent au sol et vent en altitude :
Pour déterminer la direction du vent au sol, existent deux méthodes simples et utilisables partout (cf [KOHLER][CIRAS][ULMiste]) :
- lever un doigt mouillé au-dessus de la tête et sentir le côté froid (dû à l'évaporation),
- pivoter lentement sur soi-même dans un endroit bien dégagé et sentir la direction du vent sur le visage (dont la peau est sensible).
Ensuite, pour déterminer la direction du vent en altitude, il faut appliquer une correction : en France métropolitaine, sur terre et sans reliefs importants, le vent en altitude est décalé de 30° sur la droite par rapport au vent au sol (voir Direction du vent). Ainsi, un vent au sol venant du sud-est (135°) correspond à un vent en altitude venant presque du sud (165°).
Conséquence pratique :

En France métropolitaine, sur terre et sans reliefs importants, lorsque le vent au sol arrive en plein visage, il faut pivoter SUR SA DROITE de 30° pour visualiser la direction d'où soufle le vent d'altitude.


Types de vents (en altitude) en France métropolitaine (voir Figure ci-dessus) :
- Vent du nord (air maritime arctique) : vent froid. Porteur d'orage et de pluie. Rare en été.
- Vent d'est et de nord-est (air continental polaire et arctique) : vent froid en hiver et doux en été. Porteur de beau temps.
- Vent du sud et de sud-est (air continental tropical) : vent chaud. Porteur d'orage et de pluie. Rare en hiver.
- Vent du sud-ouest (air maritime tropical) : vent doux. Porteur de pluie en hiver et de beau temps en été.
- Vent d'ouest et de nord-ouest (air maritime polaire) : vent frais. Porteur de pluie et de bruine.

En synthèse, on peut retenir que (cf [KOHLER]) :

En France métropolitaine :
- Le beau temps a pour origine une masse d'air continental, qu'elle soit polaire ou tropicale. Cela correspond à des vents en altitude de secteur nord-est à sud.
- Le mauvais temps a pour origine une masse d'air maritime, qu'elle soit polaire ou tropicale. Cela correspond à des vents en altitude de secteur sud-ouest à nord.
- Une masse d'air maritime tropical (secteur sud-ouest) peut cependant donner du beau temps, mais seulement en été.

3. Lire une carte météo ( Paragraphe Précédent / Suivant )

Image Meteorologie : vent d'ouest en France Image Meteorologie : hampe et barbules Image Meteorologie : Fronts froid et chaud


Pour bien lire une carte météo, il faut repérer dans l'ordre les éléments suivants (cf [KOHLER][IRM]) :

3.1. Les isobares


Sauf indication contraire, les Isobares sont indiqués sur des cartes normalisées au niveau de la mer, dites "cartes de surface" (voir Figure 1 ci-dessus).
Ils sont espacés par convention de 5 en 5 hPa (anciennement mbar).

3.2. Les centres d'action


L'Anticyclone a pour abréviation A en français, H en anglais (High) et H en allemand (Hoch).
La Dépression a pour abréviation D ou B en français, L en anglais (Low) et T en allemand (Tief).
En Europe occidentale, la Dépression étant généralement centré sur l'Islande et l'Anticyclone sur les Açores, le vent souffle ainsi en laissant la Dépression sur la gauche et prend la direction de l'ouest (voir Figure 1 ci-dessus). Ce vent est le flux dominant d'ouest qui affecte la plupart du temps la France métropolitaine, à l'exception du pourtour méditerranéen.

3.3. La direction du vent


La direction du vent est représentée par une hampe de vent (sauf pour un vent calme de moins de 1 noeud, représenté par un cercle), dont la tête pointe dans la direction d'où vient le vent et dont l'autre extrémité touche le cercle de la station météo (voir Figure 2 ci-dessus). Cette direction se mesure en degrés (de 1° à 360°) comptés dans le sens horaire et a pour référence :
- le nord géographique dans les messages météo,
- le nord magnétique dans les messages transmis par un organisme de circulation aérienne (tours de contrôle).

3.4. La force du vent


La force du vent est représentée par une ou plusieurs barbules de vent (fanions et/ou traits) posées sur la hampe et dirigées vers les basses pressions de la hampe : hampe seule (vent de moins de 3 noeuds), fanion (50 noeuds), trait (10 noeuds), demi-trait (5 noeuds). Voir Figure 2 ci-dessus.
Mais la force du vent peut aussi se déduire du resserrement des Isobares. Moins de 100 km entre deux lignes Isobares est l'indice d'une forte tempête.

3.5. Les fronts


Un Front est la frontière entre deux masses d'air de température différente au sein d'une Dépression.
Le Front est froid si la masse d'air froid passe sous la masse d'air chaud en la repoussant. Le Front froid se situe à l'arrière de la Dépression et se symbolise généralement par une ligne bleue avec des triangles latéraux qui pointent dans la direction de déplacement du Front (voir Figure 3 ci-dessus).
Le Front est chaud si la masse d'air chaud passe au-dessus de la masse d'air froid en la repoussant. Le Front chaud se situe à l'avant de la Dépression et se symbolise généralement par une ligne rouge avec des demi-cercles latéraux qui pointent dans la direction de déplacement du Front (voir Figure 3 ci-dessus).
Le Front est dit "occlus" lorsque le Front froid rattrape le Front chaud et rejette en altitude l'air chaud coincé entre les deux Fronts.

4. Les dictons ( Paragraphe Précédent / Suivant )


Les nuages, et le temps en général, font l'objet de nombreux dictons.
Sont listés ci-dessous les principaux dictons ayant une explication scientifique connue (cf [KOHLER]). Le symbole "???" indique que l'explication existe mais n'a pas été retrouvée par l'Auteur.

4.2. Dictons du mauvais temps


Ciel et vent :
- Arc-en-ciel du matin, pluie sans fin,
- Arc-en-ciel du matin, abreuve le moulin,
- Arc-en-ciel du matin, du laboureur finit la journée : un arc-en-ciel vu le matin signifie que le rideau de pluie se trouve à l'ouest, par où arrivent les perturbations. La fin de journée, et peut-être les suivantes, est donc placée sous le signe de la pluie.
- Brouillard à la nouvelle Lune, signe de pluie pour le déclin de la Lune : ???
- Rosée du soir, il va pleuvoir : l'air saturé d'humidité, avec une température qui va continuer à baisser, indique une bruine à venir.
- Herbe sans rosée, signe de pluie : un matin sans rosée peut résulter d'une nuit chaude, signe d'une perturbation à venir (orage ou pluie).
- Le vent la nuit, la pluie avant midi : habituellement, le vent tombe à la tombée de la nuit car les différences de température entre masses d'air proches tendent à s'estomper et, du même coup, l'appel d'air qu'elles créent. Dans la négative, une perturbation pluvieuse approche donc.
- Vent au visage rend marin sage : sur un voilier, un vent de face ou de côté est idéal pour le marin.

Soleil et Lune :
- Si plus qu'à l'ordinaire les étoiles grossissent, c'est de l'eau que bientôt les nuages vous pissent : le soir, une auréole autour des étoiles, paraissant grossir les plus brillantes, est provoquée par une fine couche nuageuse transparente, signe d'une perturbation prochaine.
- Lune cerclée, pluie assurée,
- Lune aux cercles pâlots, fait sortir les escargots,
- Cercle à la Lune, matelot dans la hune,
- Cercle à la Lune vers le soir, vent et pluie à minuit : les cercles (halos) entourant la Lune sont dus à la réfraction de la lumière par des cristaux de glace de nuages très fins. Ces nuages élevés (cirrus) annoncent une perturbation.
- Ne crois pas de l'hiver avoir atteint la fin, que la Lune d'avril n'ait atteint son plein : allusion à la Lune rousse, pendant laquelle les nuits claires entraînent une perte de chaleur par rayonnement, rendant une gelée possible.
- Lune à cache-cache derrière les nuages, c'est de la pluie ou des orages,
- Lune barbouillée appelle vent et giboulée : les nuages élevés masquant la Lune annoncent une perturbation.

Nuages :
- Si, par ciel très noir, il ne pleut pas le soir, soyez certain que c'est pour le lendemain : des nuages noirs annoncent pluie ou tempête.
- Rouge le matin, trempe le voisin : lorsque le temps est nuageux et que le Soleil est bas sur l'horizon (donc le matin ou le soir), la lumière émise est rougeoyante car les rayons du Soleil sont fortement diffractés à travers les nuages. Un ciel rouge le matin à l'est indique du mauvais temps, les perturbations se déplaçcant généralement de l'ouest vers l'est.
- Ciel pommelé, vent va souffler,
- Ciel moutonné, beau temps pressé,
- Ciel pommelé et femme fardée sont de courte durée,
- Nuages pommelés et femme fardée ne sont pas de longue durée : le ciel pommelé correspond à des nuages de type cirrocumulus qui précèdent les nuages bas annonciateurs d'une perturbation.
- Nuages en griffe, pluie prochaine : le ciel en griffe correspond à des nuages de type cirrus uncinus, signe de pluie si le nuage grossit.
- Brebis, qui paissent aux cieux, font temps venteux et pluvieux,
- Ciel vêtu de laine, eau peu lointaine : le ciel avec petits moutons correspond à des nuages de type floccus, signe de pluie.
- Des nuages obscurs, jaunes ou verts, annoncent grêle avec éclairs : ce ciel peut correspondre à des nuages de type cumulonimbus, signe de grêle et d'orage.
- Des nuages jaunes ou violets, du vent à tout emporter : ce ciel peut correspondre à des nuages de type cumulonimbus, signe de rafale violente.
- Si passent nuages bas et unis, la pluie n'attendra pas minuit : ce ciel peut correspondre à des nuages de type cumulus congestus, signe de pluie.

Animaux et humains :
- Si l'hirondelle vole bas, viendra la pluie à grand fracas,
- Hirondelle volant bas, bientôt il pleuvra : quand la pression atmosphérique est basse, signe de mauvais temps, les moucherons volent bas car leurs ailes sont alourdies par l'air humide. Les hirondelles, pour s'en nourrir, volent bas elles aussi.
- Oiseaux de mer se réfugiant dans les terres, tempête à venir d'une forte manière : lorsque la pression de l'air baisse en raison d'une tempête imminente, les oiseaux de mer reviennent rapidement sur la côte pour se protéger.
- Escargot aventureux, le temps sera pluvieux : les escargots adorent l'humidité. Ils sortent leurs antennes à l'approche des nuages.
- Araignée tissant, mauvais temps : l'araignée renforce sa toile lorsque le vent se fait sentir.
- Araignée du matin, chagrin. Araignée du midi, souci. Araignée du soir, espoir : un matin sans rosée permet à l'araignée de tisser sa toile sans gêne mais indique aussi une pluie prochaine. Dans ce cas, elle doit se dépêcher de tisser sa toile avant midi (au lieu du soir quand tout est calme).
- Si le coq chante le soir, c'est signe qu'il va pleuvoir. S'il chante à midi, signe d'un temps de paradis : ???
- Si les poules restent sous la pluie, celle-ci n'est pas de sitôt finie : ???
- Si les poules se roulent dans la poussière, l'ondée est proche, estivale ou printanière : ???
- Vieilles douleurs, pluie de malheur : une forte augmentation de l'humidité de l'air annonce l'arrivée de la pluie. Cette augmentation, de même qu'elle fait gonfler le bois (tiroirs qui se bloquent, portes qui frottent), agit sur nos articulations et provoque alors des douleurs articulaires plus prononcées.

4.2. Dictons du beau temps


Ciel et vent :
- Arc-en-ciel du soir met la pluie en retard,
- Arc-en-ciel du soir fait beau temps prévoir : un arc-en-ciel vu le soir signifie que le rideau de pluie se trouve à l'est, par où arrivent rarement les perturbations. Il s'agit donc de la fin d'une perturbation.
- Pluie du matin n'arrête pas le pèlerin,
- Pluie du matin passe son chemin : l'augmentation de température avec la montée du Soleil dans le ciel permet de maintenir les nuages sans provoquer de pluie.
- Rosée du matin, tout va bien : l'augmentation de température avec la montée du Soleil dans le ciel permet d'absorber le trop-plein d'humidité sous forme de petits cumulus, signe de beau-temps à venir.
- Brume basse, beau temps amasse,
- Brouillard d'automne, beau temps vous donne,
- Brouillard dans la vallée, pêcheur, fais ta tournée,
- Brouillard dans la vallée, bonhomme, va à ta journée. Brouillard sur le mont, bonhomme, reste à la maison : un brouillard de vallée (stratus) est signe de beau temps alors qu'un brouillard de montagne (stratus) dénote un air humide et donc du mauvais temps.
- Si le vent saute du sud au nord, plie ta voile et dors : la perturbation venant du sud s'éloigne.

Soleil et Lune :
- Si le Soleil se fait beau lit le soir, le lendemain beau temps se fait voir : le soir, après un temps pluvieux, des éclaircies indiquent la fin de la perturbation.
- Si le Soleil plonge dans l'eau à son lever, le soir n'en sera que plus beau : ???
- Lune brillante et blanche, pour plusieurs jours le beau temps,
- Si la Lune brille en clarté, le temps sec est apprêté : une Lune bien visible, avec des bords très nets se découpant dans le ciel, traduit une grande transparence de l'air, donc l'assurance d'un temps sec et d'un beau temps.

Nuages :
- Midi ciel vilain, minuit ciel serein : ???
- Rouge du soir, bon espoir : lorsque le temps est nuageux et que le Soleil est bas sur l'horizon (donc le matin ou le soir), la lumière émise est rougeoyante car les rayons du Soleil sont fortement diffractés à travers les nuages. Un ciel rouge le soir à l'ouest indique du bon temps, les perturbations se déplaçcant généralement de l'ouest vers l'est.
- Rouge vêpre et blanc matin sont la joie et le souhait du pélerin : ???
- Beau temps en vue s'il y a dans le ciel assez de bleu pour tailler une culotte de gendarme : un fond de nuages pluvieux (nimbostratus) avec déchirures laissant apparaître quelques coins de ciel bleu indique la fin de la perturbation, signe d'un temps sec et ensoleillé à venir.

Animaux et humains :
- Coccinelle vole haut, il fera beau,
- Hirondelle volant haut, le temps reste au beau : quand la pression atmosphérique est élevée, signe de beau temps, les moucherons volent plus haut afin de se déplacer plus facilement dans un air moins dense. Coccinelles et hirondelles, pour s'en nourrir, doivent voler plus haut elles aussi.
- Moucherons au coucher du Soleil, pour demain temps vermeil : ???
- Chauve-souris très tard le soir, pour plusieurs jours de beau temps l'espoir : ???

5. Bibliographie ( Paragraphe Précédent / Début )

Les auteurs cités dans cette page y sont mentionnés entre crochets sous la forme [AUTEUR Titre Page].

  1. CIRAS - Comité d'Initiation Régional à l'Aéronautique et au Spatial, Les cahiers du BIA - Vents et masses d'air.
  2. Culture maritime, Les différentes parties d'une perturbation.
  3. DE PARCEVAUX Sané, HUBER Laurent, Bioclimatologie - Concepts et applications, éditions Quae, 2007.
  4. FONS Claude, La Météo, Editions Jean-Paul Gisserot, 2008.
  5. HACKEL Hans, Guide des phénomènes météorologiques - traduit de l'allemand par Pierre Bertrand, Paris, Ulmer, 2000, ISBN 2-84138-131-5.
  6. IRM - Institut Royal Météorologique, Dépression.
  7. KOHLER Pierre, Prévoir le temps, Hachette 1978, Editions Ouest-France 2001.
  8. Météo 45, Classification des vents.
  9. Meteo France, Les vents régionaux.
  10. Meteo France, Comment se forme un nuage ?.
  11. OMM - Organisation Météorologique Mondiale, Atlas International des Nuages - Accueil.
  12. OMM - Organisation Météorologique Mondiale, Atlas International des Nuages - Résumé de la classification des nuages.
  13. SciencePost, Pourquoi l'air circule-t-il dans un sens particulier autour des dépressions et des anticyclones ?.
  14. UAMOB, Bioclimatologie, UAMOB 2020/2021.
  15. ULMiste, Vent et champs de pression.
  16. Wikipedia, Nuage.


Copyright © 2005 Régis Petit.         CopyrightFrance.com        Dernière mise à jour de la page : 26 juillet 2021.